Diégèse  samedi 2 septembre 2006


ce travail est commencé depuis 2437 jours et son auteur est en vie depuis 16890 jours (2 x 3 x 5 x 563 jours)
2006

ce qui représente 14,4287% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texte après le texte
Le texte ne sait rien de ses effets. Le texte ne sait rien de lui même. Le texte ne se connaît plus, ne se reconnaît plus mais il ne s'est jamais connu, il ne s'est jamais reconnu. Il ne connaît ni ne reconnaît, même, son angoisse. Il ne connaît pas son angoisse

Dans le texte, tout est faux, tout est factice et cela ne suffit cependant pas à bâtir une fiction.
Mathieu : et le rêve ne va pourtant pas exténuer l'angoisse.

Gustav : c'est la première fois que tu évoques mon angoisse.


Noëmie : c'est la première fois que Mathieu évoque l'angoisse de Gustav.


Mathieu : c'est la première fois que j'évoque ton angoisse.


Gustav : mais je préfère que l'on parle de ma fatigue.
Angoisse et fatigue forment un couple étrange. L'angoisse annihile la fatigue qui annihile l'angoisse mais l'ensemble demeure sous tension, en tension, tendu.

Angoisse et fatigue sont une tempête qui ne respecte ni le texte, ni l'auteur, ni les personnages. En cela, c'est un couple productif et créatif. 

C'est fatigant.
 





2005 2004 2003 2002 2001 2000




la tempête respecte les discriminations sociales avant de le connaître, je n'ai rien pu savoir parfaitement d'aucune autre chose l'idée d'un luxe populaire tout est faux, tout est factice angoisse ne sait rien de ses effets