Diégèse  lundi 18 septembre 2006


ce travail est commencé depuis 2453 jours et son auteur est en vie depuis 16906 jours (2 x 79 x 107 jours)
2006

ce qui représente 14,5096% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain




avant le texte
le texteaprès le texte
Gustav avait quitté l'écran et personne ne savait si c'était possible. C'est pourtant nécessaire pour que les personnages se parlent. Ce serait pourtant nécessaire pour aller plus loin, pour donner un peu de liberté. Les personnages peuvent sortir de l'écran. C'est décidé. Noëmie : c'est possible.

Gustav : je connais désormais mieux tes jeux. Ce sera donc possible. Mais ce n'est pas parce que je descends de l'écran que ferai quelque chose.

Mathieu : je resterai sur l'écran. Je continuerai de suivre l'autoroute du Nord, tout au long de l'autoroute, et je mémoriserai plusieurs lieux qui ne sont pas des lieux et ce sera l'expression de ma liberté.


Noëmie : c'est possible.
Il me semble évident que les personnages avancent seuls. Il faudra que je détermine quand je les ai abandonnés, quand l'auteur, moi, a abandonné eux, les personnages. C'est peut-être arrivé très tôt. C'est peut-être arrivé juste avant qu'ils ne parviennent dans le texte ou alors juste avant qu'ils ne trouvent leur prénom et qu'ils le disent.
 







2005 2004 2003 2002 2001 2000




Ce que la liberté fait. ... certaines inclinations corporelles vers la gaieté, la tristesse, la colère et autres semblables affections. Tu savais faire venir la mer jusque dans tes yeux. Ta voix me calme. Durer encore un peu. Je connais mieux tes jeux.