Diégèse  mardi premier avril 2008


ce travail est commencé depuis 3014 jours et son auteur est en vie depuis 17467 jours (17467 = nombre premier)
2008

ce qui représente 17,2554% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Il pleut ou il ne pleut pas sur le boulevard Richard-Lenoir, près de Bastille. Les couleurs pourraient être des couleurs. http://www.panoramio.com/photo/713700 - beqirhoxha -








Je n'arrête pas d'écrire ces jours. Venise me revient en tourbillon dès que je suis à Paris, la ville évanouie, longée sans cesse par ses lidos, une Italie qui n'en revient pas.



Nous ne sommes pas allés à Venise. Il n'y avait rien d'autre que de la solitude.






Nous sommes quand même allés à Venise. Sans cette interprétation-là, ce serait terrible en effet, ce serait une terrible solitude. Nous sommes donc allés à Venise. C'était notre temps de Venise, comme un infini.




Il n'y a pourtant pas ici de progrès à l'infini.


Il y avait ce temps du désir enfermé. Le temps ne connaît pas de pause.






Poisson d'avril !


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Le temps ne connaît pas de pause. Sans cette interprétation-là, ce serait terrible, ce serait une terrible solitude. Poisson d'avril ! Il n'y a pourtant pas ici de progrès à l'infini. Le désir enfermé. Venise me revient en tourbillon dès que je suis à Paris, la ville évanouie, longée sans cesse par ses lidos, une Italie qui n'en revient pas. Il n'y avait rien d'autre que de la solitude. Je n'arrête pas d'écrire ces jours.