Diégèse  lundi 7 avril 2008


ce travail est commencé depuis 3020 jours et son auteur est en vie depuis 17473 jours (101 x 173 jours)
2008

ce qui représente 17,2838% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth


La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Rien ne dit vraiment ce qui pourra leur manquer. http://www.panoramio.com/photo/8100817 - Alan Larkin -







Car si je les inspecte plus à fond et si je les examine chacune de la même façon que j'ai hier examiné l'idée de la cire, je remarque qu'il y a seulement fort peu de choses que je perçoive en elles clairement et distinctement. Ils sont comme les choses. Nous n'en savons rien. Nous n'y pouvons rien.





Ils sont dans un sommeil et les mots réveillent un peu le sommeil, l'agacent, l'aguichent, l'attirent vers le jour.




C'est encore une chance. Dans tous les cas, je reste là où je suis et je ne vais pas céder. Nous partirons ensuite tous ensemble. Il y a quelques vues, quelques perspectives qui me manqueront.


Je me promène dans la ville, impatient sans impatience, bougeant bougé et indécis. J'essaie de me souvenir. C'est bien ce visage qui revient.






Jusqu'au matin. Ce sont bien les oiseaux que j'entends en rentrant.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


C'est encore une chance. Je reste là où je suis et je ne vais pas céder. Les mots réveillent un peu le sommeil, l'agacent, l'aguichent, l'attirent vers le jour. Car si je les inspecte plus à fond et si je les examine chacune de la même façon que j'ai hier examiné l'idée de la cire, je remarque qu'il y a seulement fort peu de choses que je perçoive en elles clairement et distinctement. C'est bien ce visage qui revient. Je me promène dans la ville, impatient sans impatience, bougeant bougé et indécis. Ce sont bien les oiseaux que j'entends en rentrant. Il y a quelques vues, quelques perspectives qui me manqueront.