Diégèse  lundi 22 décembre 2008



ce travail est commencé depuis 3279 jours et son auteur est en vie depuis 17732 jours (22 x 11 x 13 x 31 jours)
2008

ce qui représente 18,4920% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Orbetello, comme une colline courbe. http://www.panoramio.com/photo/7931485 - rumboland -






Quoi ? Il n'y a presque plus rien à dire.






Dans la soirée qui arrive, tu regarderais ces mots comme un nouvelle lecture. Ce serait un texte nouveau pour une histoire nouvelle.




Je m'en vais aussi bientôt. Je ne vais pas rester plus longtemps à Orbetello. Je n'ai plus de temps pour les histoires, et même pour les histoires nouvelles.


Le froid dérange un peu. Je vais toujours à Orbetello en hiver, regarder les bateaux qui partent un peu plus loin, Venise sans canaux, ville sans joie qui se rapproche lentement de la terre. Je veux bien rester ici.







J'avais prié, dans ce discours, tous ceux qui trouveraient en mes écrits quelque chose qui soit digne d'être repris de daigner m'en avertir. Face à l'avenir, on peut faire le pari, c'est facile de faire le pari face à l'avenir, que certains ont eu raison, auront eu raison et que d'autres ont eu tort. Certains auront eu tort de rester à Orbetello, d'autres d'écrire de nouvelles ou de vieilles histoires.
 



2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Le froid dérange un peu. Il n'y a presque plus rien à dire. Face à l'avenir, on peut faire le pari, c'est facile de faire le pari face à l'avenir, que certains ont eu raison, auront eu raison et que d'autres ont eu tort. J'avais prié, dans ce discours, tous ceux qui trouveraient en mes écrits quelque chose qui soit digne d'être repris de daigner m'en avertir. Quoi ? Je vais toujours à Orbetello en hiver, regarder les bateaux qui partent un peu plus loin, Venise sans canaux, ville sans joie qui se rapproche lentement de la terre. Dans la soirée qui arrive, tu regarderais ces mots comme un nouvelle lecture. Je m'en vais aussi bientôt.