Diégèse  mardi 30 décembre 2008



ce travail est commencé depuis 3287 jours et son auteur est en vie depuis 17740 jours (22 x 5 x 887 jours)
2008

ce qui représente 18,5287% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Les rues de Bordighera connaissent la couleur des peintres. http://www.panoramio.com/photo/5354714 - esseil -






J'ose espérer qu'il viendra difficilement à l'esprit des autres quoi que ce soit.



Tout peut devenir doute et même le temps qui passe. Regarde, plus personne ne semble croire à ces années qui passent. Mais le soir revient encore pour que je puisse repartir dans les rues de Bordighera.






Cependant, il ne faut pas laisser dériver le temps.



On peut même douter de son corps. Et ces mains elles-mêmes, et tout ce corps, mon corps, quelle raison pourrait-il y avoir de les nier ?





Cependant, il faut douter de son corps pour pouvoir imaginer ce que peut être l'esprit.





Mais on ne peut pas douter du texte. Même cette année qui s'achève et qui dit que le désespoir existe est devenue un texte, qui va s'arrêter et qui va continuer sous un autre forme, sous une forme infléchie et l'ailleurs du texte, sans doute, reprendra sa place.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


L'ailleurs du texte reprendra sa place. Plus personne ne semble croire à ces années qui passent. Ne pas laisser dériver le temps. J'ose espérer qu'il viendra difficilement à l'esprit des autres quoi que ce soit. Et ces mains elles-mêmes, et tout ce corps, mon corps, quelle raison pourrait-il y avoir de les nier ? Les rues de Bordighera. Le soir revient pour que je puisse repartir. Cette année qui s'achève et qui dit que le désespoir existe.