Diégèse  samedi 16 février 2008


ce travail est commencé depuis 2969 jours et son auteur est en vie depuis 17422 jours (2 x 31 x 281 jours)
2008

ce qui représente 17,0417% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Puisqu'il y a la question du souvenir et même la question de la commémoration... http://www.panoramio.com/photo/109708 - Dysanovic -





Tu as raison. Il y a cette ville, cette ville qui s'impose. Et c'est le lac de Côme. Et je me souviens, et je peux me souvenir, et je peux même me souvenir, et je peux même me souvenir quand j'étais un imposteur au bord du lac de Côme.





Il n'y a pas que le lac de Côme. Il y a d'autres villes. Il y a Lisbonne aussi. La ville de Lisbonne est sous le froid.



C'est une idée reçue. je sais qu'il ne fait jamais froid à Lisbonne. C'est une opinion.






Mais parce qu'on ne peut se défaire si vite de l'accoutumance à une vieille opinion, il convient de m'arrêter ici pour fixer plus profondément dans ma mémoire, par la durée de ma méditation, cette nouvelle connaissance.





C'est facile.



Est-ce que tu existes au bord du lac de Côme ?



Je ne pourrais pas aujourd'hui, aujourd'hui seulement, exister autre part. Exister autre part, exister parce que l'on pourrait exister autre part et que l'on n'est jamais entièrement ici et maintenant.





Tu me dis que tu te souviens mais je sais bien que tu mens.



Je suis épuisé, ce soir, par tous ces mots échangés, je sors encore une fois regarder le sombre du lac.

On imagine la scène.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Il y a cette ville, cette ville qui s'impose. Exister autre part, exister parce que l'on pourrait exister autre part et que l'on n'est jamais entièrement ici et maintenant. La ville de Lisbonne est sous le froid. Mais parce qu'on ne peut se défaire si vite de l'accoutumance à une vieille opinion, il convient de m'arrêter ici pour fixer plus profondément dans ma mémoire, par la durée de ma méditation, cette nouvelle connaissance. Et quand j'étais un imposteur au bord du lac de Côme. Épuisé, le soir, par tous ces mots échangés, je sors encore une fois regarder le sombre du lac. Tu me dis que tu te souviens mais je sais bien que tu mens. On imagine la scène.