Diégèse  mardi 19 février 2008


ce travail est commencé depuis 2972 jours et son auteur est en vie depuis 17425 jours (52 x 17 x 41 jours)
2008

ce qui représente 17,0560% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Ponte di Legno, cela doit être le Pont de bois et la photographie désigne un pont de bois. Ce serait donc une étape redondante. Est-ce que les personnages seront eux-aussi dans la redondance ? http://www.panoramio.com/photo/5666339 - marcobertoni -






Il doit être tard. Je ne vois plus ton visage. Je ne te vois presque plus. Tu es comme une ombre et à mesure que tu deviens une ombre, j'entends mieux le bruit de la rivière qui lutte contre le gel.





Et dans ce peu de choses j'ai recensé tout ce que je sais véritablement, ou du moins tout ce que jusqu'ici j'ai remarqué que je savais.



C'est vrai. C'est ce peu de choses que je sais, une image qui s'estompe, un bruit qui vient et le goût qui se détériore. Et toi, qui ne te souviens pas et que je ne parviens pas à remettre sur le chemin du souvenir...



Est-ce qu'il y a souvenir autrement que criblé par la mémoire et le goût de la reconstitution, une reconstitution ancienne, archaïque, grossière et qui pourtant, comme ces mauvaises restaurations de monuments, cherche pathétiquement à passer inaperçue ?







C'est mon rôle. C'est mon rôle de faire en sorte que la reconstitution ne détonne pas, ne puisse venir contredire la vie, ce que l'on appelle la vie et qui n'est jamais une reconstitution a minima, aussi, une remémoration instantanée.




C'est une seule scène et c'est une scène cinématographique.



Je suis seul, n'est-ce pas ?



Je sais que tu n'aimes pas la solitude. Je t'ai aussi avoué cette solitude.





Sans doute, les jours où rien d'autre ne te détournait de ces aveux.



2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Je sais que tu n'aimes pas la solitude. C'est une seule scène et c'est une scène cinématographique. Est-ce qu'il y a souvenir autrement que criblé par la mémoire et le goût de la reconstitution, une reconstitution ancienne, archaïque, grossière et qui pourtant, comme ces mauvaises restaurations de monuments, cherche pathétiquement à passer inaperçue ? Et dans ce peu de choses j'ai recensé tout ce que je sais véritablement, ou du moins tout ce que jusqu'ici j'ai remarqué que je savais. Le goût qui se détériore. La pauvreté, la richesse et le goût qui se détériore et se raccommode comme il peut, dans le décalage. Sans doute, les jours où rien d'autre ne te détournait de ces aveux. Tard, je ne vois plus ton visage.