Diégèse  lundi 7 janvier 2008


ce travail est commencé depuis 2929 jours et son auteur est en vie depuis 17382 jours (2 x 3 x 2897 jours)
2008

ce qui représente 16,8508% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Plus le temps approche de partir vers la villa Arson, plus le temps approche de faire se rencontrer la fiction, les fictions, avec ce qui sert de réel, plus il y a d'inquiétude, de cette inquiétude de l'enfance, de cette inquiétude irrémédiable de l'enfance. Il y a aussi que ce projet est laborieux. Il y a cette autre inquiétude de ne pas pouvoir continuer, que ce soit trop compliqué, que ce soit trop long, que ça s'arrête.





Je me trouve apaisé. Je trouve que cela m'apaise. Je trouve que tout cela m'apaise et je nous vois magiques.





Nous sommes magiques dans un lieu magique. Et le temps, de temps en temps, sans doute magique aussi.





Mais il y a aussi les inextricables ténèbres qui viennent d'être agitées et que je voudrais continuer d'essayer de dissiper en donnant du sens, en disant le sens, juste un peu de sens.





Je voudrais que nous regardions un peu la mer. Je voudrais que nous regardions la mer doucement. Certaines indications ne sont pas nécessaires.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Certaines indications. Et le temps, de temps en temps. Il y eut un grand silence après les cris d'agonie. Mais ce projet est laborieux, et une certaine paresse me ramène aux habitudes de la vie. (...) Les inextricables ténèbres des difficultés qui viennent d'être agitées. Cet un peu de soi qu'il pourrait perdre. Je sais maintenant que ton absence n'empêche pas le regard. Je nous vois magiques. Mais il n'y a rien. Un départ, sans adieu.