Diégèse  jeudi 10 janvier 2008


ce travail est commencé depuis 2932 jours et son auteur est en vie depuis 17385 jours (3 x 5 x 19 x 61 jours)
2008

ce qui représente 16,8651% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Ils vont peut-être trouver leur rythme. Pour le moment, ils sont encore à la peine. Ils s'installent.






J'ai beaucoup marché dans la Villa. Je m'y suis assis. Je m'y suis assis aussi. Je me suis levé avant l'aube et j'ai laissé venir les couleurs du réveil. J'ai éprouvé combien les corps peinent à habiter cette architecture de galets et il faut, et il faudrait tellement de jeunesse pour continuer, ici, de se mouvoir dans un désir en vagues aiguës. Je suis resté assis. Quant à moi, j'ai déjà dit n'avoir aucun sens ni aucun corps.





C'est toujours toi, Mathieu, qui en premier aime jouer avec Descartes, avec les citations de Descartes. Quant à moi, je sais que tu as un corps, si je ne suis pas certaine que tu as des sens. Ta disparition permanente me fatigue. Mais cette fatigue restera cachée. Je n'en dirai plus rien. Je ne t'aiderai pas à retrouver les jours de fièvre, à retrouver ton corps.





Je ne sais pas de quoi vous parlez.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


La peine. Cette fatigue restera cachée. La terre tinte dans l'univers. Mais j'ai déjà dit n'avoir aucun sens ni aucun corps. Il laisse venir à lui les couleurs du réveil. Je me rappelle les jours de fièvre. Ce corps là continue de se mouvoir dans un désir en vagues aiguës. La rencontre que j'aurais redoutée n'a pas eu lieu.