Diégèse  vendredi 25 janvier 2008


ce travail est commencé depuis 2947 jours et son auteur est en vie depuis 17400 jours (23 x 3 x 52 x 29 jours)
2008

ce qui représente 16,9368% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Je vais les laisser faire. C'est encore le plus facile. Je vais les laisser faire sans me demander, sans jamais me demander et sans me demander jamais, jamais plus, si cela avance. http://www.panoramio.com/photo/163269 -Christophe Trinquier -







Ce n'est pas le soleil.





Ce n'est pas le soleil.



Je ne sais pas, je ne peux pas savoir si j'incarne mon personnage et si je suis même un personnage. Mais je sais avec Descartes que je suis une chose qui pense. "C'est bien une chose qui doute, qui connaît, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi et qui sent". La question de l'incarnation est d'une autre nature.



Nous pourrions nous contenter de nous promener dans Turin. Nous oublierions un peu la montagne trop proche qui pèse sur la ville.




2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Juste un moment d'inattention, l'image. Et le temps passe, la conjuration de la fébrilité de la ville fait son oeuvre, et l'on ne sait plus rien. Les oranges encore sur l'arbre et une palme dans le ciel ajouré qui noircissait. C'est bien une chose qui doute, qui connaît, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi et qui sent. Une fébrilité qui laisserait Stendhal seul, repentant. La montagne trop proche pèse sur Turin. Je me rappelle cette promenade le soir, revenant d'une soirée presque manquée. Est-ce que tout cela avance ?