Diégèse  samedi 5 juillet 2008


ce travail est commencé depuis 3109 jours et son auteur est en vie depuis 17562 jours (2 x 3 x 1927 jours)
2008

ce qui représente 17,7030% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
C'est à l'écart de Saint-Nazaire que marchent les personnages. http://www.panoramio.com/photo/8537447 - stephanelebarch -





La ville est un lieu où l'on se toise plus que l'on se regarde. Je préfère la mer, non pas la plage, mais la côte, une côte rocheuse et je marche au bord de l'eau à peine tourmentée.





Et si le vent s'était levé désormais ?



La ville a un impact sur nos mémoires, impact sur nos imaginations, impact sur nos craintes. La mer nous rappelle la vie. Il n'y a pas d'images de la mer. La ville est un amoncellement de rues.





Et le spectateur regarde des images. Il ne faut plus être spectateur.





La ville est le lieu des itinéraires. Il faut toujours tourner à gauche ou bien tourner à droite et en allant au hasard, je me dis que c'est bien sur la vérité que par hasard je tomberai.





Je ne connais pas bien la mer alors que la ville était dans mon imaginaire et je ne le savais pas


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Je ne peux vous laisser dans cet amoncellement de rues. Et le spectateur regardait des images. Impact sur nos mémoires, impact sur nos imaginations, impact sur nos craintes. C'est bien sur la vérité que par hasard je tomberai. Et si le vent s'était levé ? Je marche au bord de l'eau à peine tourmentée. La ville était dans mon imaginaire et je ne le savais pas. On se toise plus que l'on se regarde.