Diégèse  dimanche 13 juillet 2008


ce travail est commencé depuis 3117 jours et son auteur est en vie depuis 17570 jours (2 x 5 x 7 x 251 jours)
2008

ce qui représente 17,7405% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Il doit bien y avoir un pont ferroviaire non loin de ces falaises. http://www.panoramio.com/photo/4689341 - Mickey1 -






Comment pourrions-nous conjurer l'angoisse de la journée, cette angoisse comme les volutes de l'air chauffé de cette journée sans grâce ?



C'est désormais la nuit et c'est la pleine lune.





On peut voir très bien le pont ferroviaire qui enjambe la rivière. Il faut désormais, après le jour, conjurer l'angoisse de la nuit.





Nous pourrions compter. Nous pourrions compter les mots, les phrases. Nous pourrions compter les artistes et chercher vainement, jusqu'à l'épuisement le nom d'un peintre devenu très célèbre.





Nous ne compterons pas. Compter, c'est compter les jours et c'est compter les nuits, c'est décompter le temps, c'est décompter le temps qui reste, qui demeure le temps.


Et c'est donc admettre que nous ne sommes pas éternels. Cependant, aurions-nous été plus parfaits si nous avions l'éternité






Je reconnais sans peine que j'aurais été, en tant que j'ai le statut d'un tout... Plus parfaite sans doute et cependant, pas plus éternelle.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Air chauffé. Compter, c'est compter les jours et c'est compter les nuits, c'est décompter le temps, c'est décompter le temps qui reste, qui demeure le temps. Le nom d'un peintre devenu très célèbre. Je reconnais sans peine que j'aurais été, en tant que j'ai le statut d'un tout. C'est la pleine lune. Le pont ferroviaire enjambe la rivière. Conjurer l'angoisse de la journée. Sans grâce.