Diégèse  lundi 14 juillet 2008


ce travail est commencé depuis 3118 jours et son auteur est en vie depuis 17571 jours (3 x 5857 jours)
2008

ce qui représente 17,7451% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Ils ont terminé le pont de la rocade à Redon. http://www.panoramio.com/photo/9303949 - Sébillet Jean-Charles -






Descartes dit aussi : "Je n'ai aucun droit de me plaindre que Dieu ait voulu que je tienne dans le monde un rôle qui n'est pas le principal et le plus parfait de tous." Et nous ne cessons pourtant pas de nous plaindre.





Nous nous plaignons parce que nous sommes les enfants de l'utopie. Nous sommes comme des enfants qui ne connaissent pas encore les images. Certaines de nos parties ne sont pas exemptes d'erreurs alors que d'autres le sont. Pour autant nous imaginons des utopies parfaites.


C'est pourquoi nous aimons Venise et qu'il n'y a que Venise qui vraiment nous apaise. Je ne me demande jamais qui me regarde passer dans les ruelles de Venise. Je cherche les marchés et je sais que les fruits feront des collines. Et je sais enfin que le soir me rendra une solitude bleutée.







Nous ne sommes pas à Venise mais à Redon, en Bretagne et nous irons ce soir au banquet républicain organisé dans la cour de la mairie. Je ne sais plus très bien qui nous y a invités ni pourquoi. Nous y transporterons les utopies et les solitudes bleutées et notre air de Venise, et même un peu d'Orient


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Je n'ai aucun droit de me plaindre que Dieu ait voulu que je tienne dans le monde un rôle qui n'est pas le principal et le plus parfait de tous. On ne connaît pas encore les images. Allons enfants de l'utopie. Certaines de ses parties ne sont pas exemptes d'erreurs alors que d'autres le sont. La solitude bleutée. Le banquet est organisé dans la cour de la mairie et je ne sais plus très bien qui m'y a invité et pourquoi. Qui me regarde passer dans les ruelles de Venise. Les fruits feront des collines.