Diégèse  dimanche 11 mai 2008


ce travail est commencé depuis 3054 jours et son auteur est en vie depuis 17507 jours (7 x 41 x 61 jours)
2008

ce qui représente 17,4445% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth


La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
La Bretagne ressemble toujours à la Bretagne. http://www.panoramio.com/photo/6388354 - Hans Sipman -






Je ne sais pas qui tu es vraiment pour t'endormir dans le cœur de la chaleur des orages qui se perdent. Malgré la chaleur, il fait un peu froid, je n'aurais pas dû venir et le vent ne me porte plus que quelques bribes, des souvenirs et des voyages. Ce sont déjà des regrets.





Regrets, regrets d'une tactique, regrets d'une stratégie, paroles, remords. Et cela ne me trouble pas, et je ne trouve pas cela troublant.



Tu dois te souvenir.



S'il y avait en moi une telle force, sans aucun doute j'en serais conscient. C'est pourquoi je dois maintenant m'interroger sur moi-même.





Tu dois continuer dans la vie qui marche et dans la vie qui court et dans la vie qui tremble et qui me donne à penser et à rêver ta vie, presque à toucher la mienne, presque, peut-être.






Puis il faut s'entourer de personnes qui, pendant la durée de l'obscurité totale, chercheront si quelque comète n'est pas à l'horizon.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


C'est pourquoi je dois maintenant m'interroger sur moi-même. Et cela ne me trouble pas, et je ne trouve pas cela troublant. Regrets, regrets d'une tactique, regrets d'une stratégie, paroles, remords. S'il y avait en moi une telle force, sans aucun doute j'en serais conscient. S'entourer de personnes qui, pendant la durée de l'obscurité totale, chercheront si quelque comète n'est pas à l'horizon. Il fait un peu froid, je n'aurais pas dû venir et le vent ne me porte plus que quelques bribes. Dans la vie qui marche et dans la vie qui court et dans la vie qui tremble et qui me donne à penser et à rêver ta vie, presque à toucher la mienne, presque, peut-être. Pour s'endormir dans le cœur de la chaleur des orages qui se perdent.