Diégèse  lundi 3 mars 2008


ce travail est commencé depuis 2985 jours et son auteur est en vie depuis 17438 jours (2 x 8719 jours)
2008

ce qui représente 17,1178% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Et pourtant, c'est comme s'ils étaient à Venise. http://www.panoramio.com/photo/1589928 - redi -







Et pourtant, tout nous conduit à Venise, tout nous conduit à retourner à Venise et ce pourraient être soudain les bruits de Venise, et ce pourraient être soudain des images de Venise et nous serions à Venise, nous accepterions cette convention, cette convention-là d'être ensemble à Venise pour obéir aux commodités de l'histoire, de cette histoire.





Mais pourtant, nous ne sommes pas à Venise et nous n'irons pas. J'ai promis que nous n'irions pas à Venise. C'était une condition pour qu'ils acceptent de repartir. 


C'est vrai. Je lui ai dit qu'au moindre doute, je prendrai un avion pour rentrer à Paris, au moindre doute de Venise.






Comme lorsque je veux, que je crains, que j'affirme, que je nie, je saisis bien toujours une chose comme le sujet de ma pensée.



Et cette chose, c'est Venise ?





C'est Venise, ou c'est la nuit et parfois c'est la neige.


Le jour est tombé et la nuit devenait sombre.





La neige détourne les conversations et détourne le regard.






On pourrait toujours se rencontrer, se renseigner sur les étoiles. Mais nous n'irons pas à Venise, ni le jour, ni même par temps de neige. C'est une promesse. C'est un serment.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


On pourrait toujours se rencontrer. Et pourtant, tout nous conduit à Venise, tout nous conduit à retourner à Venise et ce pourraient être soudain les bruits de Venise, et ce pourraient être soudain des images de Venise et nous serions à Venise, nous accepterions cette convention, cette convention-là d'être ensemble à Venise pour obéir aux commodités de l'histoire, de cette histoire. La neige détourne les conversations et détourne le regard. Comme lorsque je veux, que je crains, que j'affirme, que je nie, je saisis bien toujours une chose comme le sujet de ma pensée. Se renseigner sur les étoiles. S'étendre sur un tapis et goûter les épices et oublier les traces du temps. Le jour est tombé et la nuit devenait sombre. Je lui ai dit qu'au moindre doute, je prendrai un avion.