Diégèse  mercredi 5 mars 2008


ce travail est commencé depuis 2987 jours et son auteur est en vie depuis 17440 jours (25 x 5 x 109 jours)
2008

ce qui représente 17,1273% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Le voyage italien se transforme en voyage italien. Oubliées les tentations d'enquêtes sur des personnages anciens et vraiment hors d'usage. Il n'y a rien d'autre à faire que suivre la route, celle qui passe par Ariano Nel Polesine et se laisser enchanter par la beauté du nom de cette ville. http://www.panoramio.com/photo/2028865 - Athos Menghini -







Il n'y a non plus nulle fausseté à craindre dans la volonté comme telle ou dans les affections.





Nous savons bien qu'il n'y a rien à craindre de la pensée. Quant à la volonté et aux affections, il y a cependant à craindre davantage pour ce qu'elles tracent dans la mémoire de méandres brouillés, échoués, et qui restent, qui demeurent, qui empêchent.



Je ne lui ai parlé de rien. Il n'attend plus aucune révélation, aucun souvenir. Ce voyage italien est devenu un voyage italien.



J'ai réservé une chambre à Ariano nel Polesine et je vais rassembler dans le luxe les quelques indices recueillis sur les lidos mouillés. Je peux bien me retirer là-haut, vers là-haut, et ne plus descendre jamais.







Si l'on ne sait rien, si l'on ne fait rien, si l'on ne raconte rien, je ne crois pas que nous allons pouvoir rester, rester ici, rester ensemble.



Nous n'avons pas le choix. Il y a cette  tendresse qui me blesse aussi et tout le temps, l'impression du temps, et cela suffirait, et cela suffit bien à faire que l'on reste ensemble, à nous faire demeurer ensemble.



2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


On n'y arrivera jamais plus. Si l'on ne sait rien, si l'on ne fait rien, si l'on ne raconte rien, je ne crois pas que nous allons pouvoir rester, rester ici, rester ensemble. Je peux bien me retirer là-haut, vers là-haut, et ne plus descendre jamais. Il n'y a non plus nulle fausseté à craindre dans la volonté comme telle ou dans les affections. Les méandres brouillés, échoués. J'ai réservé une chambre à Ariano nel Polesine et je vais rassembler dans le luxe les quelques indices recueillis sur les lidos mouillés. Il y a cette  tendresse qui me blesse aussi et tout le temps, l'impression du temps. Je ne lui ai parlé de rien.