Diégèse  mardi 11 mars 2008


ce travail est commencé depuis 2993 jours et son auteur est en vie depuis 17446 jours (2 x 11 x 13 x 61 jours)
2008

ce qui représente 17,1558% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Ils sont maintenant à Subiaco. Le nom de la ville est comme le nom d'un baiser. http://www.panoramio.com/photo/4933403 - Giovanni Sch -






Est-ce que tu te souviens que tu es déjà venu à Subiaco ?



Je me souviens que c'était le soir mais je ne me souviens plus des visages rencontrés ce soir là.





C'était au mois de mars, déjà.



Je ne sais déjà plus rien de mars.





Le printemps allait bientôt exploser.



Il n'y aura jamais assez de jours pour faire revenir à la mémoire toutes les explosions.







Je les oublie parfois et c'est alors le roman qui revient. Je vais finir par devenir vraiment un touriste amusé, regardant les fresques et les tableaux, pensant parfois à Stendhal, à ses vapeurs, à cette fausse tristesse.




De fait, il me semble que c'est là un enseignement de la nature.





Je regarde Noëmie. Elle fait bien son travail. Noëmie n'a pas une voix douce, quand bien même elle chuchote, quand bien même elle chuchote à l'oreille en baissant la voix, quand bien même elle lit parfois des phrases de Descartes. Elle les aligne consciencieusement.




L'intention géométrique est une intention d'image.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


L'intention géométrique est une intention d'image. Noëmie n'a pas une voix douce, quand bien même elle chuchote, quand bien même elle chuchote à l'oreille en baissant la voix, quand bien même elle lit parfois des phrases de Descartes. Il n'y aura jamais assez de jours pour faire revenir à la mémoire toutes les explosions. De fait, il me semble que c'est là un enseignement de la nature. Je ne sais déjà plus rien de mars. Je vais finir par devenir vraiment un touriste amusé, regardant les fresques et les tableaux, pensant parfois à Stendhal, à ses vapeurs, à cette fausse tristesse. Je ne me souviens plus des visages rencontrés ce soir là. Je t'oublie parfois et c'est alors le roman qui revient.