Diégèse  jeudi 27 mars 2008


ce travail est commencé depuis 3009 jours et son auteur est en vie depuis 17462 jours (2 x 8731 jours)
2008

ce qui représente 17,2317% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Il n'y a rien à faire à Vieste non plus. Mais il y a la tempête. Une tornade en Italie. http://www.panoramio.com/photo/8680911 - zoppo -








J'ai tenté de parler de toi et tu n'as rien entendu.




Je ne suis pas là pour que l'on parle de moi. je ne veux pas que tu parles de moi ni que tu écrives sur moi. Car, bien que cette cause-là ne fasse rien passer dans mon idée de sa réalité actuelle ou formelle, il ne faut pas croire pour autant qu'elle doive être moins réelle.





Il n'y aura donc jamais que Descartes. Mais je ne veux pas, moi, qui suis, donc, commenter Descartes.



Tu te souviens de Vieste ?



Je me souviens du retour dans le froid. Il faisait encore froid. Toujours. Je vais revenir en France, toute cette Italie m'ennuie trop, me fatigue maintenant et le printemps naissant me donne à pleurer.





Mais il y a la lumière.






Et dans le cœur de la lumière, la lumière dans le cœur adouci, penser encore à la douceur, sans crainte.



C'est ce qui fait le texte, le soir et la lumière.






Le soir ne modifie pas beaucoup l'écriture. Ce qui succède au texte, le soir, c'est cela. C'est écrit.
Il faudra que je vérifie mais je ne pense pas que Gustav parle jamais avec Noëmie ou D.






2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Le soir ne modifie pas beaucoup l'écriture. Ce qui succède au texte, le soir, c'est cela. C'est écrit. Et dans le cœur de la lumière, la lumière dans le cœur adouci, penser encore à la douceur, sans crainte. Car, bien que cette cause-là ne fasse rien passer dans mon idée de sa réalité actuelle ou formelle, il ne faut pas croire pour autant qu'elle doive être moins réelle. Une tornade en Italie. Je vais revenir en France, toute cette Italie m'ennuie trop, me fatigue maintenant et le printemps naissant me donne à pleurer. Je me souviens du retour dans le froid. Il faisait encore froid. Toujours. J'ai tenté de parler de toi et tu n'as rien entendu.