Diégèse  mercredi 8 octobre 2008



ce travail est commencé depuis 3204 jours
et son auteur est en vie depuis 17657 jours (17657 = nombre premier)
2008

ce qui représente 18,1458% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Adapazari. Le nom de la ville se suffit à lui même. http://www.panoramio.com/photo/9288866 - the_last_ottoman -






C'est Adapazari qui ne finit pas de grincer le soir et je ne sais pas ce que nous pourrions faire.





Il faut nous enfermer, puisque l'on ne peut plus aimer, puisque l'on ne sait plus.





Je suis fatigué.


Je ne sais plus ce qu'est la fatigue car la fatigue, c'est encore le désir. Je vais seulement attendre que ça passe, encore.





La fatigue et l'absence. L'une est différente de l'autre. Mais c'est curieux comme nous sommes déterminés vers l'absence.






Et tu ne connaîtras ni l'amour ni le voyage. Il n'y a pas de voyage et les miroirs ne reflètent que l'absence d'amour.
 


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Attendre que ça passe. Je ne sais plus ce qu'est la fatigue car la fatigue, c'est encore le désir. Il faut alors s'enfermer, puisque l'on ne peut plus aimer, puisque l'on ne sait plus. L'une est différente de l'autre. Encore. Adapazari ne finit pas de grincer le soir. Déterminés vers l'absence. Tu ne le connaîtras jamais et les miroirs ne reflètent que l'absence d'amour.