Diégèse  vendredi 10 octobre 2008



ce travail est commencé depuis 3206 jours
et son auteur est en vie depuis 17659 jours (17659 = nombre premier)
2008

ce qui représente 18,1550% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Istanbul comme ailleurs. http://www.panoramio.com/photo/5152328 - tayfun demirci -






Je ne reconnais plus rien après tant de voyages et je ne connais plus la couleur des villes orientales. Mais peu importe, ta ville, grande et tumultueuse, bruisse autour de moi, comme si c'était bien ailleurs, sans aucune mesure avec ce que j'avais pu imaginer.





Au milieu des allées, je te regarde marcher, tu marches, je te regarde, à la suite, un peu à distance. Ta marche est sans doute ton acte poétique. Tu es converti à la promenade.


Les conversions ressemblent aux époques. Et les époques sont la nostalgie de la façon dont il ne se passait rien avant.





Je marche dans les rues de la ville orientale mais il est certain que je suis réellement distinct de mon corps.





Moi aussi, j'ai, d'un côté, une idée claire et distincte de moi-même en tant que je suis seulement une chose pensante et non étendue et, d'un autre côté, une idée distincte de ce corps en tant qu'il est seulement une chose étendue et non pensante.





Tu n'en finiras jamais de Descartes et il faudrait pourtant que tu en termines pour ne plus être distincte de ton corps, à jamais.
 


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Il est certain que je suis réellement distinct de mon corps. La nostalgie de la façon dont il ne se passait rien avant. Les conversions ressemblent aux époques. J'ai, d'un côté, une idée claire et distincte de moi-même en tant que je suis seulement une chose pensante et non étendue et, d'un autre côté, une idée distincte de ce corps en tant qu'il est seulement une chose étendue et non pensante. Ton acte poétique. Je ne reconnais plus rien après tant de voyages et je ne connais plus la couleur des villes orientales. Au milieu des allées, je te regarde marcher, tu marches, je te regarde, à la suite, un peu à distance. Mais peu importe, ta ville, grande et tumultueuse, bruisse autour de moi, comme si c'était bien ailleurs, sans aucune mesure avec ce que j'avais pu imaginer.