Diégèse  vendredi 24 octobre 2008



ce travail est commencé depuis 3220 jours
et son auteur est en vie depuis 17673 jours (3 x 43 x 137 jours)
2008

ce qui représente 18,2199% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
C'est sans doute à Athènes. http://www.panoramio.com/photo/9763033 - Yachuniko -





Je ne sais plus ce qu'est le sommeil.





C'est un souvenir, sur le front et sur la nuque, comme les nuages.





Je m'en souviens par la force, par la ruse, comme lorsque je regarde les portes de l'appartement qui gardent les traces sombres de l'été, les corps trop chauds, la sueur. Car c'est toujours la sueur des autres qui use les choses ?



C'est comme une blessure.





C'est comme une blessure que l'on ne sentirait pas, cette blessure que je percevrais par l'entendement pur.





Je vais écrire cela.


Tu n'écriras rien.







Je fais un texte.


Tu m'as déjà dit cela, ailleurs.







Tu supposes donc que je puisse te dire des choses, que j'ai pu te dire des choses, des mots, des phrases, en dehors de cet espace donné, cet espace qui dure depuis des semaines.


Tu m'as déjà dit cela, autrement.







Tu supposes donc que j'ai pu te raconter cela en dehors du texte.
 



2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Tu supposes donc que j'ai pu te raconter cela en dehors du texte. Tu supposes donc que je puisse te dire des choses, que j'ai pu te dire des choses, des mots, des phrases, en dehors de cet espace donné, cet espace qui dure depuis des semaines. Par la force, par la ruse. Je percevrais cette blessure par l'entendement pur. Les nuages. Je regarde les portes de l'appartement qui gardent les traces sombres de l'été, les corps trop chauds, la sueur. Car c'est toujours la sueur des autres qui use les choses ? Sur le front et dans la nuque, comme le souvenir.