Diégèse  jeudi 30 octobre 2008



ce travail est commencé depuis 3226 jours
et son auteur est en vie depuis 17679 jours (3 x 71 x 83 jours)
2008

ce qui représente 18,2476% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Scanzano Jonico, comme des vacances de vacances. http://www.panoramio.com/photo/2230168 - Ian @ Wilmar -





Je n'ai pas de référence. Je n'ai aucune référence. Je n'en ai pas, je n'en veux pas, je n'en aurai pas et puis aussi, je n'ai rien dit, je ne dirai plus rien et je m'en moque.





Je ne comprends pas ta virulence et pourtant même cette virulence, cette virulence-là, n'est pas nouvelle, n'est pas vraiment nouvelle. Alors, il n'y a rien de nouveau, il n'y a rien de bien nouveau, il n'y a pas grande nouveauté dans le début de l'automne.





Tirons les choses au clair. Il n'y a jamais eu l'idée de faire quelque chose de nouveau. Ce n'est pas la saison pour cela. Il y a l'idée bien au contraire de continuer à faire des choses anciennes, des choses déjà faites, déjà faites plusieurs fois. Nous pouvons nous autoriser quelques variations comme du sommeil on ne garde que le sentiment d'avoir bien dormi ou d'avoir mal dormi.


Mais que dire des nuages ? Que dire des nuages quand les nuages quittent la terre ? Quand les nuages quittent la terre, ils ne font plus rêver. Ils ne font plus rêver.







Il reste alors le voyage et l'écriture du voyage. Il reste l'Italie et puis Venise et Murano. Il y a tant de couleurs à Murano, dans le souvenir de Murano. Il y a tant de couleur que cela suffit à oublier toute perception qui ne serait pas assez distincte.












 



2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Il y a l'idée. Il n'y a rien de nouveau, il n'y a rien de bien nouveau, il n'y a pas grande nouveauté dans le début de l'automne. Le sentiment d'avoir bien dormi ou d'avoir mal dormi. Toute perception qui ne serait pas assez distincte. Tirons les choses au clair. Les nuages quittent la terre, ils ne font plus rêver. Il y a tant de couleurs à Murano, dans le souvenir de Murano. Je n'ai rien dit, je ne dirai plus rien et je m'en moque.