Diégèse  mardi 2 septembre 2008


ce travail est commencé depuis 3168 jours et son auteur est en vie depuis 17621 jours (67 x 263 jours)
2008

ce qui représente 17,9785% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

le lieu sur Google-Earth

La littérature
La photographie
Gustav
Mathieu
Noëmie
D.
Il n'y a rien à dire à Verdun, de la guerre. http://www.panoramio.com/photo/1544064 - beauphil57 -








Nous sommes à Verdun. Le rêve a été tué ici. Toute la ville de Verdun est dédiée à la mort et à son souvenir bruyant.




C'est l'inverse de Lisbonne en ses pavements.



C'est une mort. Je ne sais plus si ce passage de vie a existé vraiment. Je crois rencontrer ceux qui n'ont pas pu partir.



C'est une ville fatiguée. C'est une ville angoissée. Angoisse et fatigue forment un couple étrange.







Nous sommes à Verdun mais je suis arrivé un peu trop tard et il n'y avait pas de brume. Nous devrons partir plus tôt désormais.



Partir plus tôt alors qu'il faudrait pouvoir dormir plus longtemps et goûter le bleu frais du matin, dans le même temps, oublier l'après-midi qui se traîne. Il nous faut régler autrement notre voyage.






C'est le texte qui réglera le voyage. Ce n'est pas le voyage qui réglera le texte. Si le voyage tente de régler le texte, le texte ne se connaît plus, ne se reconnaît plus mais il ne s'est jamais connu, il ne s'est jamais reconnu.


2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Angoisse et fatigue forment un couple étrange. Le texte ne se connaît plus, ne se reconnaît plus mais il ne s'est jamais connu, il ne s'est jamais reconnu. Ceux qui n'ont pas pu partir. Je ne sais plus si ce passage de vie a existé vraiment. Lisbonne en ses pavements. Toute la ville de Verdun est dédiée à la mort et à son souvenir bruyant. Il faudrait pouvoir dormir plus longtemps et goûter le bleu frais du matin, dans le même temps, oublier l'après-midi qui se traîne. Je suis arrivé un peu trop tard et il n'y avait pas de brume.