Diégèse  dimanche 23 août 2009


ce travail est commencé depuis 3523 jours
et son auteur est en vie depuis 17976 jours (23 x 3 x 7 x 107 jours)
2009

ce qui représente 19,5984% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Gustav
Il y a tant de facultés en nous, dont nous disposons à notre guise, qui ne nous lâchent pas, ou peu, ou seulement sous l'emprise de drogues. Il y a ainsi notre capacité à ressentir la douleur, notre capacité à souffrir. Le grand malade sur son lit de mort aura recours à la morphine pour que la douleur fasse semblant de l'abandonner. Mais, même sur son lit de mort, même sur son lit de grand malade prochainement mort, même anesthésiée par la chimie, la douleur est tapie toute proche. elle fait semblant de dormir et le malade sait bien qu'elle est présente, qu'elle est prête, qu'elle n'abandonnera pas. La douleur est plus fidèle à l'homme que la mémoire. C'est en cela qu'elle est d'une valeur plus importante et les Stoïciens, interrogés sur la mémoire et sur les souvenirs, auraient pu tout autant renvoyer l'apprenti philosophe vers sa douleur, et vers sa vieillesse, et puis vers sa mort.
 






2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000