Diégèse  vendredi 13 février 2009


ce travail est commencé depuis 3332 jours et son auteur est en vie depuis 17785 jours (5 x 3557 jours)
2009




hier
L'atelier du texte demain





Noëmie

À Bellagio, la perte de mémoire, la grande perte de mémoire de Gustav, sa perte absolue de mémoire a rejoint, parfois, au bord du lac de Côme, l'absence de mes souvenirs, l'absence légèrement trouble de mes souvenirs. Mais nous n'en parlions pas dans une douceur artificielle à force d'être douce
Il m'est arrivé de parler de mon enfance. Il m'est arrivé de raconter ma vie comme on raconte sa vie en vacances aux inconnus, avec des phrases simples, avec des enchaînements simples et parfois de grands ou de petits événements qui viennent irriguer cette histoire imaginaire, une couleur blanche, sur le mur. Nous n'avons pas parlé de l'amour. Nous n'avons pas parlé de la perte de l'amour. Nous n'avons pas parlé de l'absence de l'amour et pourtant Bellagio-même incitait à la romance, à parler de la romance, du manque et de l'existence.
Je veux me souvenir. Je ferme les yeux. Les lieux vont venir par la simple évocation, une évocation douce. Il faut seulement chercher chaque jour les indices de l'étape suivante. Et puis les lieux ne viennent pas. Combien de temps encore, à ne pas laisser l'agacement venir devant l'impossibilité de décrire le monde ?
 


2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000