Diégèse  mardi 17 février 2009


ce travail est commencé depuis 3336 jours et son auteur est en vie depuis 17789 jours (17789 = nombre premier)
2009




hier
L'atelier du texte demain





Noëmie

Il y avait ton souvenir. Il y avait toujours ton souvenir qui était devenu, ce souvenir, peu à peu, la source de tous les souvenirs, le point fixe de tous les souvenirs. Quand ce souvenir s'est d'abord estompé, quand il a ensuite disparu, il a entraîné avec lui, comme dans les contes pour enfants, tous les souvenirs qui, subrepticement, lui faisaient référence. Je suis restée avec des souvenirs épars, aussi épars que les objets d'une chambre cambriolée. Je suis restée sans référence, avec l'oubli comme seul espoir et le souvenir est comme un rêve. Je ne suis pas certain que cela me calme, que cela me rassure, que cela m'apaise. Pourtant, je sens parfois comme une fuite, une perte, un désir qui bouge là.
 







2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000