Diégèse  jeudi premier octobre 2009


ce travail est commencé depuis 3562 jours
et son auteur est en vie depuis 18015 jours (3 x 5 x 1201 jours)
2009

ce qui représente 19,7724% de la vie de l'auteur

hier

L'atelier du texte demain





D.
Je vais suivre mot à mot la méthode "Pinter". Je dois écrire ce que Noëmie, pendant 91 jours, du 1er janvier au 1er avril a pu vouloir dire, puis Mathieu, pendant 91 jours, du 2 avril au 1er juillet et enfin Gustav, qui vient de terminer hier et que j'ai rejoint pour une journée, pour cette seule journée, à Küçükçekmece, si près d'Istanbul. Ici, j'ai rencontré ce regard doux et triste, qui me disait que c'était bien l'automne. Si je m'en tenais à la méthode "Pinter", je recopierais seulement ce qu'ils ont dit et je décrirais seulement ce qu'ils ont fait, regardant le temps qui passe comme une gentille blague.

Le 1er janvier, Noëmie annonçait une méditation sur la nostalgie. Elle commençait. Le 2 avril, Mathieu se présentait, enjoué, même si je sentais en lui de la douleur, et le 2 juillet, Gustav assumait enfin sans ambiguïté le rôle de personnage principal.  Et moi je suis leur auteur. Je ne suis pas l'auteur mais bien leur auteur comme je pourrais être en d'autres circonstances leur chauffeur ou leur cuisinier, leur psychologue ou leur banquier. Je suis un prestataire à peine particulier. Je suis leur compagnon auteur. Si nous étions des personnages, nous serions du côté de l'art, nous serions des objets artistiques. Si nous ne sommes pas des personnages, nous n'existons pas du tout et l'on se demande bien ce que tout cela veut dire.


Mon nom ne commence peut-être pas par la lettre "d". C'est encore un effet de la méthode "Pinter". Il y a eu A., et B. et C. en 2006, qui sont devenus Mathieu, Gustav et Noëmie. Quand je suis arrivé, j'ai été nommé D. et je suis resté D. jusqu'à aujourd'hui et il me reste désormais 90 jours pour dire mon nom, pour trouver mon nom.
 

2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000