Diégèse  vendredi 18 septembre 2009


ce travail est commencé depuis 3549 jours
et son auteur est en vie depuis 18002 jours (2 x 9001 jours)
2009




hier

L'atelier du texte demain





Gustav
Je pourrais facilement calculer où va s'arrêter mon voyage. Je ne parlerai plus ici que quelques jours encore. Il me faudra ensuite demeurer au moins une année entière là où je serai arrivé, comme un arrêt imaginaire. Que vais-je bien pouvoir y faire ? Je pourrai chercher à te rencontrer et je pourrai faire mieux encore. Je pourrai te laisser me rencontrer. Sans attendre, sans préjugé de ta forme ni de ta conversation, je te laisserai m'approcher, je ne te regarderai même pas venir et je ne te reconnaîtrai pas, moi qui ne reconnais personne. Un jour, j'admettrai que tu es là. Ce sera donc possible. Et je t'embrasse comme on ne sait plus embrasser, comme une vie qui donne du plaisir, qui s'envole, qui danse.
 






2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000