Diégèse  lundi 2 août 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3867 jours et son auteur est en vie depuis 18320 jours (24 x 5 x 229 jours)
2010

ce qui représente 21,1081% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"Le désir de ne plus parler, d'annuler toute ambition,
toute libido sociale et d'éteindre toute écriture."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Quand la question du récit, la question de l'histoire, donc du fantasme, s'estompe, perd de sa vivacité, alors, c'est bien la question du genre qui émerge et qui se pose de façon insistante. C'est ainsi que "la chanson" comme genre, rend visite à l'écriture, à sa pratique et à son désir. Car une chanson est un texte très sophistiqué, très "abouti" et c'est en cela qu'il est le plus difficile à pratiquer. Il faudrait que je m'exerce mais je ne sais pas comment faire ni commencer.
L'été est aussi la saison du désir de retraite solitaire, la saison du désir de silence et la saison de cette idée persistante de ne plus rien faire.

Et puis l'été se termine.
Nous longeons les usines de la sortie de la ville puis nous les dépassons. Nous n'avons rien à en dire et nous ne disons rien. Nous pourrons parler quand nous serons sortis de la ville et que le voyage aura commencé.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Qu'aurais-je à voir avec ce personnage à qui le scénario prête des sentiments, des volontés, des désirs et une diégèse à ellipse ? Il y aurait un texte qui ferait une chanson.
Ce serait une chanson sur les attaques permanentes contre l'imaginaire subies lorsque l'on marche dans une ville...


... un espace vide de tout souvenir, de toute nostalgie...
Tu ne me reconnais plus quand tu marches dans ces rues que tu voudrais plus exotiques.