Diégèse  dimanche 15 août 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3880 jours et son auteur est en vie depuis 18333 jours (33 x 7 x 97 jours)
2010

ce qui représente 21,1640% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"Je me suis senti évidemment très démodé, dans la mesure où
j'ai de l'écrire un sentiment absolu, qui ne se termine pas avec l'œuvre
mais qui la recommence, ou disons un sentiment viager, à la mesure de ma vie."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je pourrais faire autre chose, et dans ce que je ferais, qui serait autre, complètement autre, il n'y aurait pas l'écriture. Je n'écrirais alors pas. Je n'écrirais alors plus et n'écrivant pas, et n'écrivant plus, il n'y aurait pas de place pour ton souvenir. Il n'y aurait pas de place pour toi puisque c'est dans l'écrire que tu existes et seulement dans l'écrire ou parfois dans quelques images, mais si rarement.
Barthes évoque "Jean", ce jeune homme qui ayant écrit un premier roman ne souhaite pas écrire davantage et ne veut pas "dédier (sa) vie à l'élaboration d'une œuvre". Il avoue s'être senti "démodé" pour ne pas avouer qu'il s'est senti vieux. Et je me rappelle que dans un autre cours, Barthes dit qu'il écrit pour être aimé. Écrire, c'est donc être désirable et l'écrire possède ainsi une valeur dans l'ordre du désir de l'autre. Jean récusant cette valeur dans cet ordre du désir récuse ainsi tout désir possible pour Barthes lui-même. C'est alors qu'il utilise le terme "viager" qui renvoie aux vieilles personnes qui vendent à tempérament un bien qui ne les quittera cependant qu'après leur mort, acceptant par là-même qu'il leur est désormais impossible de changer de lieu, de changer de vie. Le sentiment "viager" de Barthes pour l'écriture, cette écriture en viager, c'est elle que je possède maintenant, sans rien en faire de clos, laissant ce bien ouvert, prêt à l'accueil d'une autre forme littéraire.
Il pourrait faire un peu froid. Le vent rabat la crête des vagues en gouttelettes qui volent vers moi. Et le temps rabat ces images de toi, gouttes de souvenirs éparpillées en moi.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Comment utiliser ce temps qui passait à penser à l'image de toi indistincte ? Je sais que vous aimeriez que je vous trouve un mobile.
... un personnage qui, dans la tête d'un lecteur, la tète d'une lectrice, ne ressemble à aucun autre personnage, ne ressemble à personne et peut-être même ne ressemble à rien.




Je ne sais plus comment faire pour trouver un intérêt à cette situation instable.