Diégèse  mercredi 18 août 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3883 jours et son auteur est en vie depuis 18336 jours (25 x 3 x 191 jours)
2010

ce qui représente 21,1769% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 8 décembre 1979
"Écrire n'est pas sage."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je ne retiens que ce lien particulier entre "mémoire" et "vacances". Se souvient-on davantage de ses vacances ? Ce n'est pas certain mais on se plait à le penser, à l'imaginer car les vacances, ce sont d'abord des récits de vacances, c'est ce que l'on raconte. Rien ne distingue le temps des vacances si l'on ne raconte pas. En cela, "les vacances" sont une fiction, un fantasme, un scénario et pour cela les vacances sont toujours plus proches de la littérature.
Depuis 2005, je ne commente pas l'actualité puisque j'ai choisi d'autres formes de fictions pour me livrer à cette "manie d'écrire" analysée par Barthes. Prenant aujourd'hui un titre de politique étrangère du vénérable Times, je pourrais laisser croire que je déroge, voire que je dévie mais c'est en fait encore de l'imaginaire qu'il sera question. Ainsi, évoquant les expulsions de camps de Roms en France, accélérées après le discours du Président de la République et à la demande de ce dernier, le Times titre à la une : "Sarkozy expels Roma to spark memories of Gestapo". le sous-titre de l'article est "President sparks rebellion as critics compare his clampdown to wartime round up of Gypsies."
Les commentateurs concluent un peu rapidement que le Times compare les expulsions aux rafles de la Gestapo alors que le Times rend compte des commentaires sur ces expulsions. La France ne rappellera donc pas son ambassadeur au Royaume-Uni.
Mais ce qui m'a intéressé dans ce titre et qui peut sembler futile, c'est le rapprochement phonétique et graphique entre "Sarkozy" et "spark" et c'est cela qui déclenche l'imaginaire. Lorsqu'il est nom commun "spark" signifie "étincelle". Utilisé comme verbe, on le traduit souvent par "provoquer". Son choix ici ne peut pas être étranger au patronyme du Président. "Sarkozy sparks" sonne comme un slogan et peut tout aussi bien se traduire par "Sarkozy met le feu aux poudres". Tout aussi intéressant est l'usage ensuite de "to" qui, en anglais, peut avoir le sens du but et celui de l'intention. : "pour". Ainsi peut-on lire, même si ce n'est à l'évidence pas le sens qu'y a mis le titreur : "Sarkozy expulse les Roms pour mettre le feu aux poudres". Ce serait alors une autre analyse politique. Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce seul titre du "Times". J'en resterai là car il n'est bien sûr pas possible de commenter la politique à l'aune de rapprochements phonétiques, utilisant en cela la fonction poétique du langage chère à Jakobson. Il serait cependant alors possible de rapprocher le mot "Sarkozy" de "sarcome", ce qui n'aurait aucun sens et qui serait insultant et indigne car on ne discrimine pas les gens sur leur nom... ni sur leur origine. C'est pourtant cette même fonction poétique que les titreurs de journaux ne cessent d'utiliser, d'ailleurs souvent pour le pire. Je conclurai que les "Six leçons sur le son et le sens" de Jakobson datent de 1942, cours prononcés à l’École libre des hautes études, que des savants français et belges exilés venaient de fonder à New York. Lévi-Strauss y assistait.

1942... Il était en effet alors urgent de s'interroger sur les rapports entre le son et le sens.

Non ?

Me revient la première plage et la découverte de l'odeur du sable. Me revient la première vague et le sentiment du mouvement de l'immuable. La mer, cette joie et cette crainte.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
De quoi pour moi Beyrouth a-t-il été l'enfance ? Les gens n'oublient pas leurs vacances.
Ce sera un autre travail, dans un autre temps, une autre diégèse, un autre contrat diégétique.
Ainsi, si je dois bien accepter que j'existe comme chose pensante, autrui existe aussi comme chose pensante et son existence, que je ne peux soustraire à ma perception ni à mon intellection, ne peut donc être que le plus court et le plus sûr chemin vers Dieu à l'existence parfaite. On ne croise jamais les horoscopes de plusieurs personnes qui pourtant se croisent. ... passant entre les immeubles fermés pour les vacances.