Diégèse  vendredi 2 avril 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3745 jours et son auteur est en vie depuis 18198 jours (2 x 33 x 337 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 3 février 1979
"Et il se peut très bien que dans l'avancée des arts, il y ait des erreurs,
qu'il y ait des impasses ou des erreurs, de fausses directions.
Le progrès peut se tromper et l'avant-garde aussi peut se tromper."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je vois la trace et je retiens la trace de tous ces mois d'avril, la trace de tous ces commencements et je vois aussi, et je vois clairement que tous ces mois d'avril, que tous ces commencements ressemblent à une côte qu'il s'agit de monter, et tous ces mois d'avril jouent en métaphore la montée du Christ à Jérusalem, les Rameaux.
"Je sais les noms" écrivait Pasolini dans un article peu avant son assassinat. "Je sais les noms" de la corruption, de l'immense entreprise de corruption dans l'Italie des années 70. Qui sait en France aujourd'hui "les noms" de qui corrompt, de qui assassine l'espoir et le temps, le début du printemps ?
La nuit vient qui détruit le soir. La nuit au creux du soir, venue. La nuit noire entre nos corps. La nuit sombre de désir.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je me propose d'écrire de façon tout à fait différente, des choses nouvelles et intéressantes. Sans le temps, mais avec le silence, je me suis promené.
... là où, dans le texte, en miroir de la vie, on ne peut distinguer qui parle et qui dit quoi, on ne peut distinguer ce qui est dit et à qui. On garde le silence par réprobation, avec tristesse, et aussi pour garder les vieux secrets, les vieux secrets qu'il ne faut pas dire, qu'il faut bien garder avec soi, silencieusement.

Dans la solitude douce, j'entends encore ta voix... La fraîcheur de mes joues me manque et mes jours enfiévrés se tissent sans repos.