Diégèse  jeudi 15 avril 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3758 jours et son auteur est en vie depuis 18211 jours (18211 = nombre premier)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 24 février 1979
"Il faut d'abord traverser l'interprétation pour revenir à la lettre."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Il faut parfois envisager que l'écriture, que ce travail d'écriture ou que tout autre possible travail d'écriture, pourrait s'arrêter. Cela pourrait s'arrêter sans drame, juste s'arrêtant, parce qu'il ne se passe rien, parce que le texte est sans désir et sans amour, parce qu'il est illisible et parce que ce serait "une idée qui pourrait m'éloigner de toi un moment". Je fais jouer à Roland Barthes un rôle qu'il aurait sans doute détesté, lui faisant proférer des sentences définitives, déconnectées de son raisonnement, séparées de la bienveillance de son discours. Il ne l'aurait peut-être pas détesté, ce rôle, si je n'omettais pas de signaler, de marquer que le jeu n'est pas sans humour, que ce n'est pas Barthes, que ce n'est pas "du" Barthes mais seulement la voix de Barthes. Et puis, cette fâcherie passée et le rire aussi passé, il faudrait revenir à la profération et accepter que comme ça, hors contexte, ces citations de Barthes fonctionnent comme des prophéties, comme des poèmes. Et je vois ta main sur ma main et je vois ma main sur ta main et les doigts un à un doucement dénoués. Et je revois ta main sur ma main, et je revois les doigts, dénoués et fébriles sur toi, sur moi, éprouvant notre sensibilité violente.




2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'était un jour où il ne se passait rien. Vous devriez arrêter.
... un texte qui serait presque lisible.
Ce qui est contenu en moi, c'est le souvenir de l'étendue, de la figure, de la situation, du mouvement et de la durée, et c'est cette chose qui pense qui est moi, pour contenir, contient, comme contient une passoire, un tamis, et ce ne sont que quelques granules de souvenirs, de figures, de situations et de mouvements, aidés de quelques photographies qui subsistent, qui restent contenus. L'exacte sensation du ciment de la cour, la froideur du carrelage refroidi par l'air pulsé. ... quelques objets éparpillés pour tromper la mémoire...  C'était une idée qui pouvait m'éloigner de toi un moment... J'ai pris une photo de la rue où je t'ai donné ce baiser furtif, dans le cou, alors que nous rentrions d'une promenade angoissée.