Diégèse  dimanche 18 avril 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3761 jours et son auteur est en vie depuis 18214 jours (2 x 7 x 1301 jours)
2010

ce qui représente 20,6490% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 24 février 1979
"Et qu'est-ce que ma vie, rien de plus que le roseau futile croissant au chaume d'une hutte."
(Haïku n°54 du recueil distribué par Barthes pour le cours.)


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens la solitude, qui est parfois choisie et c'est alors une promenade, qui n'est parfois pas choisie et c'est alors un visage qui ne revient pas du miroir. Il est difficile de se rappeler la solitude. Elle agit dans le scénario fantasmé du souvenir comme la musique d'un film. C'est une note d'ambiance, une ponctuation de quelque chose du récit qui se passe ailleurs.
Du haïku d'aujourd'hui, "Et qu'est-ce que ma vie, rien de plus que le roseau futile croissant au chaume d'une hutte." Barthes dénonce après l'avoir cité le caractère suspect : cette métaphore qui de la vie fait un roseau. Il y a ce qualificatif de futile, caractérisation morale inadéquate. Il y a le chaume de la hutte, cette affaire de décor. Le haîku se fait fable.
Mais ce haïku me touche beaucoup. Non par le sens qu'il porte ou qu'il pourrait porter, mais par sa forme malhabile, presque grossière; Il me dit que c'est possible de mal écrire, parfois, et d'écrire mal des sentiments communs et des impressions communes et que ce n'est pas grave.
Puis j'oublie. J'oublie ta main. j'oublie tes yeux. J'oublie la nuit et le bruit de la nuit. J'oublie l'obscurité et j'oublie mon amour et de cet oubli, je ne me réveille pas.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Il y avait peut-être d'autres voies à prendre, d'autres solutions. Et le souvenir est désormais parfait.
C'est juste l'oubli.

... avec les oiseaux partis plus au nord, précédant l'été. Ce soir, je dînerai seul. J'attends que le temps soit meilleur pour me risquer dans la ville et je pense à tes yeux. ... tu ne reflètes que ma volonté d'amour...