Diégèse  lundi 26 avril 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3769 jours et son auteur est en vie depuis 18222 jours (2 x 3 x 3037 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 3 mars 1979
"C'est une sensation assez vertigineuse de penser qu'une idée
au fond
n'aurait pas plus d'importance et de nécessité
que le temps très bref de son souvenir."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens que l'effort de mémoire est vain et que je ne me souviens plus et même que je ne me rappelle pas. Je retiens qu'il n'y a donc que quelques souvenirs utilitaires, automatisés... Sinon, il y a bien des impressions, soudaines et même inconsidérées. Alors pour justifier ces impressions, j'invente l'émotion et pour justifier l'émotion, j'invente le souvenir.
Barthes inverse la proposition : je n'ai d'autre idée que de me souvenir et je ne me souviens que de ce que je note, puis copie. Et c'est bien le fait de noter qui donne sens au souvenir. Mais moi, je ne me souviens pas de ce que j'écris, de ce que je note, de ce que je copie et recopie.
Nous sommes éloignés. Nous sommes loin. Nous sommes dans le lointain. Ta peau est sans souvenir et tes lèvres sans mémoire. Plus loin encore, un chant.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

En fait, très vite, je ne m'en souviens plus.
Est-ce que ce serait l'auteur qui s'identifierait au personnage ou l'inverse ? Mais il y a le printemps.


... et je me souviens, à contre temps, de Roscoff dans les brumes de la marée... Tu penseras à me rendre ce que je t'ai donné d'amour...