Diégèse  jeudi 16 décembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 4003 jours et son auteur est en vie depuis 18456 jours (23 x 3 x 769 jours)
2010

ce qui représente 21,6894% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 12 janvier 1980
citant Kafka "Les métaphores sont l'une des choses
qui me font désespérer de la littérature."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
C'est à partir de ce jour d'aujourd'hui, même jour chaque année que je décide, que je dois décider ce que sera désormais dans quinze jours et pour toute une année le protocole de l'écriture de cet hypertexte. Alors je vais décider. Mais le moment de source, ce par quoi l'écriture viendra, ce moment premier est extérieur au protocole. Il est même extérieur au projet et à la forme de l'écriture. Il est notre mystère, qu'il soit écrit ou non, prophétisé ou non, désormais.
Kafka a raison. Les métaphores sont à désespérer de la littérature. Il y a le stade où l'on pense, où l'on croit qu'il sera possible de les éviter, de les éradiquer du texte. Mais elles reviennent. Puis il y a le temps où les métaphores dominent le texte, quand on a cédé, quand la métaphore est entièrement dans la place, quand l'écriture même est une métaphore.
Ce soir et ce sera brusque et brusque désormais tu seras la nuit devenue.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
J'ai frôlé l'autobiographie. Entre l'oubli et la mémoire, il y a le souvenir.
Je sens que ce sera difficile.
... les ignorants pèchent plus souvent en approuvant les choses fausses, quand ils veulent paraître les entendre, qu'en réfutant les choses vraies... (Descartes)
... avec le vrombissement dans les têtes... Mais le bruit se défaisait lentement à mesure que j'avançais dans la nuit. ... et tu parlais doucement et je te répondais fort et tout le monde nous entendait cependant.