Diégèse  samedi 18 décembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 4005 jours et son auteur est en vie depuis 18458 jours (2 x 11 x 839 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 12 janvier 1980
"Mallarmé, à propos du Livre, a fortement ressenti la nécessité,
je dirai, de la Nécessité - avec un grand N - de l'œuvre."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que je lis des années précédentes le protocole d'écriture des années futures. Ainsi, la phrase de 2000 annonce le voyage de 2002 repris en 2008 et en 2009. La doctrine, à la suite de Descartes, est donnée en 2004 : car il n'y a rien à corriger dans ce qui se donne à lire.
"la nécessité de la Nécessité de l'œuvre". La tautologie est, elle aussi, nécessaire pour rendre compte de la terrible alternative exprimée par Mallarmé : "Quelque chose ou rien". Mais, le plus souvent, ce n'est rien... ou presque rien mais ce "presque" justifie alors à lui seul l'écrire et son assomption.
Ce soir ce que je voulais voir que je caresse sans voir.







2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Ainsi, dans la vacance du sens, dans l'espace flou de la rêverie qui voyage, c'est toi qui reviens. S'il se passe quelque chose, ça va finir par lâcher.


... car il n'y a rien à corriger dans ce qui se donne à lire...
Le Nord appelle, le froid avec lui, qui s'enchante aux souvenirs. Je suis loin de l'agitation. Je voudrais moi aussi être sur ces routes, étourdi et sans mots.