Diégèse  jeudi 23 décembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 4010 jours et son auteur est en vie depuis 18463 jours (37 x 499 jours)
2010

ce qui représente 21,7101% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 12 janvier 1980
"Je puis écrire en me soumettant à la nécessité de complicité avec au moins un lecteur,
pas avec un public, avec un lecteur."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que l'écriture est embarrassée par la polarisation du monde. L'espace de l'écriture même est alors occupé, préoccupé par du papier coloré et des rubans à jeter, une agitation assez imbécile mais joyeuse qui se passe des mots à écrire et qui fait trop de bruit.
"La complicité d'un lecteur", dit Barthes. Soit. On écrit donc toujours pour quelqu'un, pour au moins une personne, pour au moins un lecteur.
Mais cela n'est pas certain. Mais cela n'est pas si certain. Je peux aussi écrire pour le fantasme d'un lecteur. Je peux écrire pour un lecteur indéterminé, fantasmé, une idée de lecteur. C'est alors que rencontrant, par hasard, un lecteur du texte écrit, je ne peux que m'imaginer qu'il s'agit d'un malentendu.
Ce soir nous tourbillonnons et je lutte à tes courbes dans la dévoration.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Alors je fais attention de ne pas me laisser prendre par ce temps blessé de l'hiver, le temps blessé de la fête, ce temps blessé de l'enfance. Et moi je ne me souviens de rien et son texte ne m'aide en rien au souvenir.
Je n'ai aucune idée.
Mais je montrerai dans ce qui suit comment, de ce que je ne connais rien d'autre qui appartienne à mon essence...
... juste avant la fermeture...
J'entends encore ta voix me dire le désamour et me dire encore ce désintérêt.