Diégèse  mardi 28 décembre 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 4015 jours et son auteur est en vie depuis 18468 jours (22 x 35 x 19 jours)
2010

ce qui représente 21,7403% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 16 février 1980
"Donc il y a une sorte de chantage permanent de l'actualité à celui qui écrit
et à celui qui, en écrivant, fait mine d'oublier cette actualité
."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Guy Debord, du cinéma, dit que cela aurait pu être autre chose que le vecteur puissant de la société de consommation. Des technologies communicantes il aurait dit sans doute qu'elles pourraient être autre chose que ce vecteur arasant de la société de communication. Le cinéma, à sa marge - et cette marge incluant Guy Debord - aura été autre chose qu'un produit de consommation mais il l'aura été marginalement. Les technologies de l'information et de la communication sont autre chose que que la société de consommation proposent qu'elles soient, mais, par leur nature même, elles le sont massivement. Dans ce mouvement anthropologique, la littérature ne peut être qu'intensément modifiée; non seulement par l'ouverture de formes nouvelles mais par l'invention d'usages nouveaux des formes littéraires. Ce qui dans la littérature était surtout diachronie devient synchronie. C'est en cela que l'univers numérique peut apparaître comme une forme de parousie littéraire.
Dans les cours de  Barthes, l'actualité est toujours présente, mais jamais "les actualités". L'écoutant, je me rappelle le monde des années 1980 mais je ne sais jamais ce qu'au même moment les médias disaient de ce qu'était ce monde, disaient ce qu'il fallait savoir de ce monde. Le 16 février 1980, le Maréchal Tito était dans un état critique. En Afghanistan, les combats s'intensifiaient. L'Iran renonçait à construire une usine de traitement des déchets nucléaires. C'était le premier jour de fonctionnement du métro de Rome. Il était donc juste de "faire mine d'oublier cette actualité" puisque d'"actualité" elle n'avait même que le nom.
Ce soir enchâssé dans le soir au soir donné.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je pourrais être libre. Il ne faut pas craindre le froid.
Les chansons se souviennent toujours de nous. On évoque Big Brother, on craint pour les libertés mais personne ne dit les effets, ne pense les effets, n'analyse les conséquences que la géolocalisation globale, la géolocalisation mondiale va avoir sur le rêve, sur le récit, sur le drame, sur le récit de voyage, sur le roman policier.
Le réel hésite entre la banalité et le gouffre.
... la neige épaisse vers la fin de la promenade pouvait céder aussi à tout ce poids, à cette peine.