Diégèse  lundi premier février 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3685 jours et son auteur est en vie depuis 18138 jours (2 x 3 x 3023 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 16 décembre 1978
"Raconter les événements, c'est faire connaître
l'opéra par le livret seulement., mais, si j'écrivais un roman,
je tâcherais de différencier les musiques successives des jours."
Je tâcherais de différencier les musiques successives des jours."
(Roland Barthes cite ici un passage de Proust
tiré des Chroniques antérieures à la Recherche du temps perdu.


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens que le passage du premier mois de l'année, qui est le passage du premier mois du protocole d'écriture de l'année est, sans doute par glissement du signifiant, un moment où le texte, sur le passage, sur la question du passage, s'arrête. S'arrêtant, il rassemble ce qui pourrait faire texte, ce qui pourrait faire que le texte continue, il prend son courage, il invoque les sens et il invoque le manque, l'amour. "Mais c'est quelque fois au moment où tout nous semble perdu que l'avertissement arrive qui peut nous sauver : on a frappé à toutes les portes qui ne donnent sur rien, et la seule par où on peut entrer et qu'on aurait cherchée en vain pendant cent ans, on y heurte sans le savoir et elle s'ouvre."

Il s'agit de la dernière phrase du premier volume du Temps retrouvé dans l'édition Gallimard de 1927. Est-ce l'éditeur, sans doute, qui a choisi la césure entre les deux tomes ? Est-ce l'écrivain ? Dans tous les cas, c'est habilement choisi car la phrase même par sa construction est, en accolade, une liaison, une invitation.
Je change de scène. C'est un autre moment, dans un autre lieu, dans une autre lumière. Je ne peux pas te regarder.
Je ne peux pas voir tes yeux.
Je ne me risque d'ailleurs déjà plus à regarder tes yeux et je m'épargne ainsi ce douloureux et lent travail de me rappeler tes yeux.
Je ne peux pas voir tes yeux.
Il y a de la musique. Nous voyageons et le voyage, qui déplace le paysage, offre à ma mémoire amoureuse un support plus sensible que la scène blanche éblouissante de la rencontre, la scène de l'aveuglement, la scène terrible de mon amour.
Je change de scène.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Il s'est d'abord passé beaucoup de texte et ce que nous faisions ou ce que nous faisions semblant de faire était d'abord pour le texte, pour que le texte puisse continuer ou pour que le texte puisse simplement s'ébaucher.
Et c'est donc d'abord le courage qui manque.
Rien en tout cas de ce que j'atteignais par les sens... 
... et je suis comme cela un peu, longtemps après, longtemps après, avec du temps en trop, qui reste, dont je ne sais pas quoi faire et je pourrais t'oublier.
... je pouvais presque toucher la voix.