Diégèse  vendredi 12 février 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3696 jours et son auteur est en vie depuis 18149 jours (18149 = nombre premier)
2010

ce qui représente 20,3648% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 16 décembre 1978
"Le travail qui commence ne peut être qu'un travail tendu,
c'est à dire à la fois inquiet, inquiet, inquiété par l'échec, et, actif."

Blaise Cendrars, extrait des "Nouveaux chemins de la connaissance"
Raphaël Enthoven, France Culture, émission du 7 juillet 2009
"Écrire, ça n'est pas réellement vivre, ce n'est pas la vie du corps.
On veut s'excuser en disant  que c'est la vie de l'esprit, ce n'est pas la vie de l'esprit,
la vie de l'esprit est la contemplation. C'est donc un vice, c'est une mauvaise habitude.
c'est pourquoi ça me dégoute, neuf fois sur dix.
Je n'aime pas du tout écrire et je ne suis pas le seul parmi les écrivains."

Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que l'amour et que le souvenir de l'amour et que l'écriture de l'amour, et qu'en conséquence l'écriture de l'amour, ensemble, ensemble ou séparément, ne se maintiennent pas toujours dans la tension de l'écriture, la tension du texte qui se fait, la tension du texte tel qu'il peut se faire. Parfois, il y a la possibilité d'un vagabondage, sans mémoire, sans souvenir, sans amour, sans douleur, sans rien qui suscite même le désir de ce déplacement intime et sensuel vers le passé, vers l'imaginaire et donc vers le fantasme. Je retiens que Barthes et Cendrars disent la même chose. Je ne peux pas toujours écrire. Je ne peux pas faire que cela. Je ne peux pas faire qu'écrire. Quand Cendrars dit que "c'est donc un vice", il place l'écriture dans un champ contigu au désir, mais qui n'est pas le désir et qui serait de l'ordre d'une sexualité perverse car solitaire, "une mauvaise attitude". Barthes est "inquiété par l'échec" d'une écriture en tension, il est donc inquiété par le fiasco possible d'une écriture qui, toujours, à jamais, est sans destinataire. La possibilité d'un lecteur est un prétexte à l'écriture, qui s'en passe cependant très bien. Cendrars "n'aime pas du tout écrire". En effet, sauf à ce que ce soit un passe temps, comme un jeu de cartes, comme des mots-croisés, écrire n'a rien d'agréable et rien de satisfaisant, si ce n'est, parfois, de l'avoir fait. Il y avait des jours sans toi. Il y avait tant de jours sans toi que la mémoire, que ma mémoire pourrait aller vers ces jours sans toi, vers ces jours où ton absence était douce, ces jours où le temps s'occupait sans toi dans des paysages doux, des moments un peu sucrés, des conversations anodines où ton existence même ne pouvait affleurer. Il y avait tous ces jours sans toi. Il y a tous ces jours sans toi et de ces jours sans toi, il ne reste rien.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... je me perdais dans ses souvenirs perdus. Quel que soit le manque, et le crime de ce manque...

Je ne sais plus ce qu'est la mémoire. Que je t'imagine ou que je te touche, tu existes par ce que je suis.
J'ai plus rêvé qu'écrit... Souvent, je regarde la ville, me demandant quand tu as pu passer la dernière fois dans cette rue, si tu as pu y passer un jour. Tu me manques quand tu es là, mais tu me donnes à dire.