Diégèse  samedi 20 février 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3704 jours et son auteur est en vie depuis 18157 jours (67 x 271 jours)
2010

ce qui représente 20,3998% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 6 janvier 1979
"Voilà déjà ce que le haïku m'apprend : la forme brève est un inducteur de vérité."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens l'écriture en son carême et je retiens donc cette difficulté d'hiver à écrire, cette difficulté particulière qui tient certainement de la préparation moléculaire au renouveau, ce renouveau qui viendra plus tard, plus tard dans la saison, plus tard dans le temps et qui porte le sentiment d'un trop tard du texte, d'un trop tard de l'image.
Je retiens de Barthes l'optimisme de la forme et qu'il faudrait donc espérer que la forme, en soi, peut porter le processus de création. Ce n'est pas ce que j'aurais à écrire qui suscite la pratique de l'écriture, c'est l'écriture elle-même et la forme qu'elle prend, qu'elle prend avec obstination qui pourrait, par chance, écrire quelque chose.
Et du temps replié naît le poème. Et dans les replis du temps replié, la susurration acide de l'amour.






2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je voulais déroger à l'obscurité d'une fiction sans fiction et j'ai continué, et j'ai perpétué l'absence, mon absence, leur absence et ce manque qui manque.
Est-il possible désormais de regarder le monde comme autre chose qu'une image ?
Il y a tant de choses en moi vers lesquelles je n'ai pas encore pu tourner mon regard.


Le jour a été changeant.