Diégèse  vendredi 26 février 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3710 jours et son auteur est en vie depuis 18163 jours (41 x 443 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 6 janvier 1979
"Poésie et vérité" nous apparaît, à travers le haïku, comme un syntagme juste.
Et peut-être que la seule justification de la poésie, très paradoxalement, c'est la vérité
.


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que je savais déjà, que j'ai su depuis longtemps que ce qui pouvait arriver de pire à l'écriture, c'était de vouloir raconter une histoire. Vouloir raconter une histoire, c'est entrer dans l'utilitaire, c'est sortir de l'écriture. Cependant, c'est peut-être vrai pour le roman, cette "forme usée" dont parlait Claude Simon, ce n'est pas vrai pour toutes les formes. Il y a de l'écriture dans certaines séries américaines pour ce en quoi, toujours, le personnage vaut sur ce qui se passe, sur ce qui peut bien se passer et ce qui peut bien se passer n'est rien, sinon le décor qui permet au personnage de venir, de rester, de persister.
J'ai entendu une lecture d'un texte du journal d'Anaïs Nin qui décrivait précisément et poétiquement précisément, un inceste, son inceste avec le père, avec son père. La voix de la comédienne s'en allait, tout aussi précisément que le texte. Il n'y avait pas d'images possibles. J'étais attentif.
Ce que ça fait ? Il n'y a jamais assez de courage dans l'écriture. Il faut redoubler de courage pour l'écriture. Il faut que je redouble de courage pour l'écriture. Il faut que je refuse l'idée qu'il y a des choses qu'il ne faut pas écrire. La seule chose qu'il ne faut pas écrire, c'est un roman.
Dans un souffle nous ferions silence, dans un souffle seulement. Dans un souffle cette peau sur ta peau. Dans un souffle seulement, ce mouvement, à peine.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Les vitrines des librairies font étalage d'histoires mortes. Il n'y a rien, en fait, sinon qu'il n'y a pas d'histoire.
26 février 2007
C'est fini et ce n'est pas fini.



Quand le ciel s'embrume, ma mémoire revient et je t'aime. Je me suis réveillé pâle et je voulais te voir.