Diégèse  dimanche 28 février 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3712 jours et son auteur est en vie depuis 18165 jours (3 x 5 x 7 x 173 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 13 janvier 1979
"Un peu d'écriture sépare du monde, mais beaucoup y ramène."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens la réticence, cette réticence à tout appliquée qui est une réticence à la doxa mais qui est aussi une réticence à la banalité et en cela une pose de distinction. Réticence à l'écriture d'une histoire, réticence à me mêler au monde, réticence à la violence de la chair, à la passion de la chair, réticence à ton amour.
Je retiens que j'ai entendu le vent et je retiens le temps qu'il fait, le temps de tempête, le temps de catastrophe. Je lis les communiqués comme en temps de guerre on lit les communiqués de guerre. Je regarde les images de la tempête comme on regarde des images du front, poussant la curiosité un peu au delà de l'acceptable, au delà de l'information, au delà de la seule information et déjà vers l'histoire, déjà vers une histoire, déjà vers le drame, vers cette obligation du dramatique dans l'information.
Et ce serait passé. Ce serait fini, la tempête de ton souffle, la violence de ma caresse. Et ce serait fini, mon souffle à ton souffle perdu, à la douceur brusque de l'amour.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

... des personnages sans fiction, des personnages sans histoire, des personnages sans amour.

Quelle serait l'obligation, l'ardente obligation de faire "histoire" ?



... j'imaginais ta main qui caresse...
29 février

2008

2004


2000


Il n'y a pas de temps ordinaires.






... ennuyé et engoncé par ton amour qui ne peut me couvrir entièrement...