Diégèse  dimanche 17 janvier 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3670 jours et son auteur est en vie depuis 18123 jours (3 x 7 x 863 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 2 décembre 1978
"L'époque n'est pas si vous voulez actuellement, absolument  en état de danger ni critique
mais de pré danger et je crois qu'il faut surveiller ces signes-là avec vigilance. 
Pourquoi ? Parce que nous autres, intellectuels ou artistes, c'est notre vie qui est en cause
et donc le sentiment qu'il faut se défendre et que c'est une question de survie."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens l'Italie et la douceur de l'Italie. Je peux me rappeler cela, le soir, même le soir d'hiver, le regard perdu dans la douceur du paysage et la douceur du paysage rappelle à moi ta douceur fugitive, l'écharpe sur ton cou, le parfum de ta nuque, et la douceur du paysage rappelle à moi le manque de toi. Je ne retiens rien car je ne veux rien retenir, pour l'instant, rien retenir de l'instant, du désastre de Haïti. Comme en 2005, comme pour le tsunami, je suis abattu par le désastre et abattu encore davantage par l'exploitation méthodique du désastre par les médias et donc par la publicité.
Est-il encore nécessaire de rappeler aux bonnes consciences éplorées que le tremblement de terre n'est que le révélateur brutal, le révélateur immensément brutal, de la situation banale de Haïti, et de la pauvreté, et de la corruption, et de cette violence, qui est une violence économique, qui est toute la violence faite aux pauvres.
Je devrais donc m'éloigner un peu de toi pour trouver un souvenir adjacent qui me permette de revenir vers toi, un souvenir proche qui me serve de point d'appui, de soutien, de référence. Je devrais donc m'éloigner un peu de toi pour mieux me rappeler, de toi, ce que toi même tu ne connaissais pas, ce que tu connaissais mal, ton parfum sur ta nuque, et ce creux de l'épaule, reposoir inattentif à ma tendresse.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
De l'Italie de ces hivers-là, il ne reste souvent que le soir. Et avec le souvenir de la beauté, je veux parler du souvenir de l'amour. Mais la perte, c'est une habitude. On ne s'habitue pas mais c'est une habitude. Le magasin de pullovers ne prévoit pas la douceur de l'écharpe sur ton cou et le parfum de ta nuque à la base des cheveux. Qu'en est-il maintenant que je suppose qu'un trompeur très puissant et, s'il est permis de le dire, méchant, s'est délibérément, en toutes choses, autant qu'il a pu, joué de moi ?