Diégèse  mardi 19 janvier 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3672 jours et son auteur est en vie depuis 18125 jours (54 x 29 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 2 décembre 1978
"Un peu de moins de perversion - hélas, ça rend heureux la perversion -
et peut-être un petit peu plus de paranoïa.
Pas de cadeau ! Pas de cadeau quand la bêtise se manifeste.
Et donc défense nécessaire, pour élever la formule, si vous voulez,
défense nécessaire de l'artiste au sens nietzschéen du terme, c'est à dire comme type."


Ce que je retiens... (des années précédentes)...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait......puis ce que j'écris.
Je retiens que chaque année, l'auteur et les personnages éprouvent une tentation, qui serait la tentation de l'intrigue, la tentation de l'histoire, la tentation du récit et de sa forme socialement convenue : le roman. Cette forme, ces formes, ne sont pourtant que des alibis. Elles ne servent qu'à justifier cette pratique profondément asociale, cette pratique profondément déviante qui est l'écriture. Si j'écris un roman, j'ai le droit, j'ai bien le droit. Si j'écris un poème, un essai, j'ai bien le droit aussi. Mais si j'écris, à cette forme intransitive qui dévoile le caractère maniaque de l'écriture, c'est beaucoup plus dérangeant, beaucoup plus gênant, beaucoup plus embarrassant.
Et cependant, j'écris.
Je retiens qu'en cette semaine, les églises orientales fêtent le baptême et la Théophanie de Jésus. Le baptême, c'est le baptême au Jourdain par Jean-Baptiste, et la Théophanie, c'est la révélation de la nature divine de Jésus, nature qui était restée cachée pendant une trentaine d'année, depuis qu'elle avait été révélée à Marie et à Joseph après la conception.
Et pourquoi est-ce que je retiens cela ?
Sans doute parce qu'il me vient que les Chrétiens orientaux ont de la chance de voir leur fête séparée du grand moment païen de ripaille et de consommation installé à l'échelle planétaire.
Tu me reçois aussi, dans ma mémoire, dans mon souvenir, au passage des saisons. Les équinoxes et les solstices sont nos retrouvailles. Mais il m'arrive désormais que, porté à l'inattention par la ville, par le bruit, il m'arrive désormais, d'oublier le solstice et l'équinoxe et je t'oublie alors et je te laisse dans la solitude de cette célébration et quand je me souviens, et quand je me rappelle, et quand il est trop tard pour te rejoindre, il m'arrive de pleurer seul, sur le solstice, sur l'équinoxe manqués.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

Mais l'intrigue n'avance toujours pas.
Des souvenirs que l'on peut partager, que l'on peut distribuer, en fermant un peu les yeux pour mieux se souvenir, pour mieux se rappeler, de bons souvenirs, de vrais souvenirs, des souvenirs amoureux.
Je ne suis donc qu'une chose qui pense, c'est à dire un esprit, ou une intelligence, ou un entendement, ou une raison, mots dont la signification m'était auparavant inconnue.