Diégèse  mardi 26 janvier 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3679 jours et son auteur est en vie depuis 18132 jours (22 x 3 x 1511 jours)
2010

ce qui représente 20,2901% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 9 décembre 1978
"Ce n'est qu'en luttant avec le réel, c'est à dire avec la pratique d'écriture poético-romanesque
que le fantasme se perd comme fantasme et à ce moment-là atteint le subtil et l'inouï."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que le texte, tout le texte, se construit à partir non pas d'une image mais de la présence et de l'absence de lumière. L'événement, l'événement dramatique, est alors le passage de l'ombre sur la lumière, le passage coloré de la lumière sur l'obscurité de l'ombre. "Oui ou non, l'homme est-il conçu pour appréhender ce qui, du monde, lui est proposé ; en profiter, en user, en jouir ? N'est-il pas seul connaisseur en capacité de transmettre l'effet de ses résolutions et, ainsi, de pouvoir à la fois indiquer et prévenir ?"
Louis Calaferte
Maître Faust
Retourne-toi. Retourne-toi un peu. On t'appelle. Là-bas, on t'appelle. Tu te retournes. Je ne crains plus ton regard et le mouvement de ton corps qui bascule tes épaules qui entraînent la tête, qui tendent le cou et font palpiter tes cheveux, ce mouvement rapide que j'attendais, est une diversion, il interrompt la scène et tu reviens, tu reviens de cet autre monde des autres, tu reviens, je te regarde. C'est un peu de lumière dans le vide.



2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
On ne se souvient jamais de l'amour, on en cherche les traces, on en cherche les marques sur un paysage, sur une ville, sur une rue, sur le vent qui passe et sur la lumière dans une ville, dans une rue, un peu de lumière dans le vent qui passe.
Ce sont juste des personnages qui errent dans la nuit du texte, qui cherchent la sortie, qui cherchent à sortir.
Car, que ce soit moi qui doute, qui connais, qui veux, cela est si manifeste qu'il ne se présente rien par quoi l'expliquer avec plus d'évidence.