Diégèse  jeudi 28 janvier 2010 Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3681 jours et son auteur est en vie depuis 18134 jours (2 x 9067 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 9 décembre 1978
"Il est me semble-t-il pour ainsi dire physiquement impossible de concevoir,
c'est à dire de désirer une œuvre médiocre,
c'est à dire une œuvre participant à une moyenne
 - médiocre, moyenne, c'est la même étymologie - ."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Je retiens que le rêve, et même la rêverie, le rêve et la rêverie sont toujours précédés d'un évanouissement qui serait le voile du temps. Je lis qu'un "guide de la bientraitance en établissements de santé" devrait être publié dans l'année. Je me demande combien de guides différents il faudrait publier pour que la société s'apaise toute entière et pour que des principes simples mais difficiles tels que l'attention et le soin de l'autre se généralisent. Pour les seuls transports en commun, je crois qu'il faudrait au moins un guide par ligne de métro, et sans doute aussi par ligne de bus. Puis il faudrait un guide par rue de chaque ville et aussi par tronçon de route entre les villes, pour chaque service public puis pour chaque magasin et enfin, un guide pour chaque famille et surtout pour chaque couple. Par focalisations successives, je devrais écrire moi-même  le guide de la bientraitance de moi à moi et je commencerais alors pas une citation de Descartes... bien qu'il soit à coup sûr étonnant... etc. Tu me regardes et je ferme les yeux. Je peux alors suivre, presque suivre les traits de ton visage puis les traits de ton visage se mêlent aux traits d'un autre visage, le mien peut-être, fantasme de mon visage, souvenir rêvé.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Il s'agissait de sortir de la conversation, d'une fausse conversation, de cette fausse conversation qui n'était pas un dialogue, qui n'était vraiment pas un dialogue, qui était un peu de mots sur l'absence de mémoire.
C'est plus grand que ton rêve, plus divers, plus riche, plus excitant.
... bien qu'il soit à coup sûr étonnant que des choses dont je remarque qu'elles sont douteuses, inconnues, étrangères à moi, soient comprises par moi plus distinctement que ce qui est vrai, que ce qui est connu, bref que moi-même.
Je ne regarde rien que ce que je te dédie silencieux malgré moi et sans langage imitant une marche, une course, déduisant des traductions approximatives dans l'illusion sans fin que l'on me parle de toi.