Diégèse  dimanche 11 juillet 2010
Le texte en continu

ce travail est commencé depuis 3845 jours et son auteur est en vie depuis 18298 jours (2 x 7 x 1307 jours)
2010




hier
L'atelier du texte demain

Roland Barthes - Collège de France - séance du 1er décembre 1979
"Le plaisir de la lecture en tant qu'il est déjà tourmenté
par le désir d'en faire autant c'est à dire par un manque...
je n'en ai pas encore fait donc... et ça c'est le désir d'écrire."


Ce que je retiens... (des années précédentes) ...et ce que j'ai lu, vu ou entendu... et ce que ça fait... ...puis ce que j'écris.
Le voyage invite à la doxa. Je ne peux pas tenter de faire preuve d'originalité lorsque je voyage car cela supposerait que je perçoive la norme, or, je ne la perçois pas. C'est ainsi que l'on propose aux touristes des produits formatés et que pour oser voyager, les touristes ont développé le goût de la grégarité.
Barthes face au désir d'écrire est un adolescent confronté dans un film ou dans un livre à une scène d'amour... Il ne l'a pas encore fait... Ainsi, bien sûr, le roman à écrire par Barthes, pour Barthes, est un roman d'amour, un texte d'amour, un difficile texte d'amour.
Je ne l'écouterai plus désormais. Je me souviens de ce chagrin silencieux, de cette peine qui dissout la mémoire et les sens, je me souviens maintenant de tes yeux désignés à la rupture.





2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je pourrais aller visiter un peu, visiter encore, visiter encore une fois, encore une fois peut-être, dans l'hésitation de l'encore une fois, peut-être, peut-être pour la dernière fois, je pourrais aller visiter l'espace décrit par l'amour, d'une part, et l'absence d'amour, d'autre part. Tous ces événements passés qui encombrent la mémoire...
... ces deux premiers films sont autour du morcellement, autour du parcellaire, de petits bouts qui pourraient faire sens, qui pourraient donner du sens, mis ensemble, assemblés, mosaïque ou simple terrasse au dessus de la mer...
Alors que la solution est à l'évidence dans la reconnaissance d'une entière différence de nature entre Dieu et sa créature.
Le bleu s'ajoute au bleu, source infinie d'oubli de toi, source infinie d'oubli, qui déhanche la marche à la mesure des ombres. ... cette solitude orientale qui m'emmène...